Apocryphes et catholicisme contemporain

Un petit billet pour faire deux remarques sur la présentation des apocryphes dans certaines franges du catholicisme contemporain. Le billet mériterait sans doute d’être plus creusé, mais je ne suis malheureusement pas en bibliothèque.

Je suis tombé à quelques mois d’écart sur deux explications par des médias liés au catholicisme des apocryphes. Ces explications valent, pardonner l’expression, leurs pesants de cacahuètes.

Un site catholique extrêmiste

Réponse catholiqueLe site Réponses catholiques est un site qui se propose d’«apporter quelques réponses aussi simples et justes que possibles» face aux «critiques et déclarations intempestives sur l’Évangile, l’Église, la foi catholique, le pape». On remarquera l’accumulation finale, permettant de poser une quasi égalité, en tout cas un lien de dépendance entre Évangile, Église, Église catholique, pape, comme pour dire que toute attaque de l’un implique une attaque de l’autre.

Bref, c’est un site qui s’inscrit dans la perspective d’un catholicisme identitaire. Rien d’étonnant à ce qu’un autre site, dont le titre est tout un programme – plutôt inquiétant – relaye ses articles. Il s’agit du site Riposte catholique. En parcourant ce dernier site, on se rend vite compte qu’il est lié à la droite catholique la plus conservatrice, pour ne pas dire plus.

Bref, nous avons deux sites d’une branche conservatrice de l’Église, persuadée de détenir LA vérité, et que le catholicisme en France est persécuté. Il est donc assez logique qu’ils s’intéressent aux apocryphes, qui peuvent être utilisés :

  • Par les anticléricaux de tous poils, pour montrer que l’Église «ment».
  • Par les catholiques critiques, pour montrer que la tradition ecclésiale n’est pas une, et que le christianisme se comprend de manière variée.

Voyons donc ce que le site Réponse catholique dit des Évangiles apocryphes.

Question: que faut-il penser des évangiles apocryphes dont on entend tellement parler? Apparemment, ils ne sont pas interdits par l’Eglise, mais je pense que, si cela ne se trouve pas dans la Bible, cela n’a pas la même valeur que la Parole révélée.

Il est certain que les évangiles apocryphes n’ont pas l’autorité de la Révélation contenue dans les Ecritures canoniques (les textes que l’on trouve dans les Bibles reconnues par l’Eglise).

Leur statut dépend beaucoup des cas particuliers.

Certains évangiles apocryphes sont carrément hétérodoxes (la plupart de ceux qui se trouvent dans ce cas sont gnostiques, et pensent, en particulier, qu’un dieu mauvais a créé la matière, alors que, pour nous catholiques, la Création est bonne et oeuvre de Dieu).

D’autres sont « farfelus » et inventent toutes sortes d’anecdotes sur la vie de Jésus ou de la Vierge Marie.

D’autres enfin complètent utilement ce que nous savons par les « vrais » Evangiles. Par exemple, c’est par l’évangile de saint Jacques (apocryphe) que nous connaissons les noms des parents de la Vierge Marie, sainte Anne et saint Joachim.

Il importe donc de lire ces textes avec prudence et de ne jamais les mettre sur le même pied que les textes du Nouveau ou de l’Ancien Testaments, mais ils peuvent aussi nous donner des renseignements intéressants sur le contexte historique de la Révélation.

Étant donnée le style de la question, comparé au style de la réponse, il est probable que cette question ne soit pas inventée pour les besoins de la cause.

L’interrogateur prend bien attention à dire que ces évangiles ne sont «apparement» pas condamnés par l’Église. Sur le fond, il a partiellement raison : on ne trouve pas de décision normative de portée générale condamnant tous les apocryphes. On trouve, notamment à la fin de l’Antiquité, des condamnations ponctuelles. Je reprend ici ce que j’avais écrit pour ma candidature de thèse :

Les apocryphes entretiennent avec les écrits canoniques un rapport que l’on ne peut pas résumer en une opposition. À Rome Innocent Ier les condamne en 405[1] cette condamnation est accentuée par Léon le Grand en 447[2]. En Gaule, vers 500, la cinquième partie du Décret de Gélase porte également un anathème contre les apocryphes[3]. (…) Le concile africain d’Hippone de 393 demande que ne soient lus en église que les textes canoniques[4] (à l’exception des passions de martyrs aux anniversaires), tandis que concile hispanique de Tolède de 400 condamne la lecture de textes non canoniques[5]. De même le concile asiate de Laodicée, daté de la seconde moitié du IVe siècle, condamne la lecture liturgique de textes non canoniques[6]. En 572 le second concile de Braga, en Espagne, condamne la lecture à l’église de «livres qui sont hors du canon[7].

Je n’ai pas assez étudié l’histoire médiévale pour dire ce qu’il en a été. Mais globalement l’auteur est dans le vrai : l’Église ne condamne pas les écrits apocryphes, si ce n’est leur usage liturgique. Le statut et la portée du Décret de Gélase sont inconnus, l’impact des décisions des évêques de Rome des IV-Ve siècles limité[8].

Si on se reporte à la période contemporaine, le Denziger, qui se veut la référence de la doctrine catholique, ne contient des textes cités que le décret de Gélase et le texte d’Innocent I.

Ce qui est important pour l’histoire de ces textes est, à mon avis, moins leur condamnation que lors non utilisation explicite[9]. Parce que que les clercs ont eu, pendant quasiment tous le moyen-âge, le monopole de fait de la reproduction des textes, et donc de leur transmission, ils ont participé indirectement à la disparition de certains d’entre eux [10]. En outre, ils ont grandement contribué à la transformation de certains apocryphes[11].

Bref, notre interrogateur n’a pas tout à fait tord en disant que les apocryphes ne sont pas interdits par l’Église[12], mais qu’ils ne participent pas de la Révélation[13].

Venons en à la réponse. On remarque que l’auteur ne prend pas la peine de mentionner qu’ils n’y a pas que les Évangiles apocryphes, mais aussi les Actes apocryphes, et d’autres textes. Je vois plusieurs explications possibles à ce silence :

  • Le plus vraisemblable : ce n’était pas la question posée.
  • Également possible : parler des Actes apocryphes d’Apôtres, c’est, en creux, montrer que la littérature apocryphe participe à l’apostolicisation de certaines villes, ce qui est pour le moins embêtant lorsque l’on prétend que certains évêques – ou que les évêques en général – détiennent une autorité particulière dans l’Église sur la base d’une succession apostolique compris de manière (an)historique …

Si cette dernière hypothèse est juste, je pense que l’auteur s’est fait peur pour rien, puisqu’ils arrivent même qu’ils soient utilisés par des papes, en guise de témoignage sur la figure des apôtres. En témoigne par exemple cette Audience générale de Benoît XVI au 5 juillet 2006 :

Dans les Actes de Jean apocryphes, l’Apôtre est présenté non pas comme le fondateur d’Eglises, ni même à la tête de communautés déjà constituées, mais dans un pèlerinage permanent en tant que communicateur de la foi dans la rencontre avec des « âmes capables d’espérer et d’être sauvées » (18, 10; 23, 8). Tout cela est animé par l’intention paradoxale de faire voir l’invisible. Et, en effet, il est simplement appelé « le Théologien » par l’Eglise orientale, c’est-à-dire celui qui est capable de parler en termes accessibles des choses divines, en révélant un accès mystérieux à Dieu à travers l’adhésion à Jésus.

Venons en à la distinction posée entre ces évangiles apocryphes :

  • Les hétérodoxes, pour la plupart gnostiques. L’auteur rapporte assez justement, pour une réponse de cette ampleur, ce que l’on sait des ces évangiles, et des gnostiques. La seule différence avec un historien serait que l’historien mettrait le terme «hétérodoxe» entre guillemets, puisque l’hétérodoxie est toujours relative.
  • Les farfelus. On voit ici l’utilisation des guillemets. Est-ce parce que l’auteur se rend compte que ces récits farfelus ne le paraissent que parce qu’ils ne sont pas reçus comme canoniques ? Après tout, l’épisode canonique des démons jetés dans les cochons[14] paraît au premier abord «farfelu». En revanche, si on cherche à en saisir la sémiotique, dans le contexte de rédaction, on voit très bien qu’il est porteur d’un ou plusieurs messages théologiques forts. Or il en de même pour certains récits dans les apocryphes, comme par exemple la croix parlante sortant du tombeau dans l’Évangile de Pierre[15]. L’emploi des guillemets se justifie-ils par un malaise à définir ce qu’est le farfelus ?
  • Ce qui complète les «vrais» Évangiles. Reconnaissons que pour un site qui se veut afficher des réponses fermes et certaines, l’emploi des guillemets autour du vrai relève du courage intellectuel. L’auteur cite le Protévangile de Jacques comme exemple. Deux remarques me viennent à l’esprit :
    • Pour un site se voulant catholique, il aurait pu faire l’effort de se rendre compte que ce texte est condamné par Innocent I, qui est repris dans le Denziger. Trois solutions :
      • L’auteur ignore cette condamnation.
      • Il ne l’ignore pas, mais la juge non pertinente aujourd’hui.
      • Il ne l’ignore pas, mais sait que certains lui rappelleront qu’une bonne partie de la piété mariale est fondée sur le Protévangile de Jacques, alors même que celui-ci est condamné par des textes normatifs. Il préfère donc prendre ses devants. Il eût pourtant été assez simple de prendre un successeur du Protévangile de Jacques, par exemple l’Évangile du Pseudo-Matthieu.
    • Le Protévangile de Jacques contient des reçus que l’on pourrait, assez légitiment, qualifier de farfelus : le monde s’immobilise lors de la naissance du Christ, comme si le temps était gelé[16] ; plus gênant ; la matrice de Marie est vérifiée par une main de sage-femme, Salomée[17], ce qui choque non seulement des bons croyants, mais pourrait prêter aussi à tous les dessins obscènes que l’on imagine, et que l’on retrouve souvent dans les pamphlets anti-catholiques. L’auteur ne retient ici qu’un détail certes important pour sa thèse, mais relativement secondaire dans le cadre du récit : le nom des parents de Marie. Ce n’est pas un élément narratif à proprement parler, et c’est sans doute le moins sujet à problème. Après tous, que les parents s’appellent Anne et Joachim prête au pire au scepticisme, mais pas à l’accusation de farfelus, d’extravagance, de contre-nature, d’illusion, que l’on prête souvent au christianisme.

En conclusion, l’auteur semble assez embêté vis-à-vis des apocryphes et utilise diverses techniques rhétoriques pour justifier l’utilisation de certains d’entre eux, en évitant d’entrer dans les détails.

Une vidéo sur KTO

Logo KTOLe prêtre Jean-Robert Armogathe a proposé sur la chaîne catholique KTO, qui sans être libérale n’est pas directement la ligne du précédent site, la vidéo suivante :

Or, le moins qu’on puisse dire, est que cette vidéo contraste sérieusement avec le texte précédent, et dans un sens plus dur avec les apocryphes. Commentaire sélectif :

  • « Des sortes de récits légendaires ». L’auteur précédent se gardait de dire que tous les apocryphes étaient légendaires, il se refusait à utiliser l’argument de la légende. Était-ce parce qu’il savait que cet argument pouvait largement être retourné par ses opposants contre le christianisme en général ? Ou est-ce plutôt parce que le public visé n’est pas le même : il s’agit dans le premier texte de catholiques plus « convaincus », moins en proie au questionnement, et donc moins à même de reprendre les textes apocryphes. Avec un public moins « convaincu », qui est celui de KTO, il faut couper directement la tentation de lire les apocryphes, avec le public de Réponse Catholiques, cette tentation est quasi-nulle.
  • «postérieurs aux lettres de Paul, postérieurs à nos Évangiles». Si effectivement la plupart des apocryphes sont postérieurs aux canoniques, ce n’est pas le cas de tous. Mais ce détail n’est pas grave pour l’auteur : il importe de montrer leur caractère inventé, et quoi de mieux que d’utiliser la question de l’âge. Un grand classique de la rhétorique antique, puis chrétienne : le nouveau est, par principe, suspect.
  • «issus de l’imagination de groupe marginaux dans l’Église». Remarquons que l’auteur n’utilise pas le terme «hérétique». Est-ce par «ecclésiologiquement correct ?», ou bien parceque l’auteur sait que certain de ces textes visent à défendre une fois tous ce qu’il y a de plus «orthodoxe» ? Par exemple le Protévangile de Jacques qui vise à exalter la virginité perpétuelle de Marie, face à certaines accusations la présentant comme une prostituée ? Étant donné la suite de la réponse, je dirais des deux : on passe sous silence les textes orthodoxes, et on préfère ne pas dire que les autres sont issus de groupes «hérétiques» : cela ne se dit plus trop.
  • «Qui contraste par la surabondance des détails fantastiques avec la simplicité des évangiles que nous connaissons.» Toujours la même rhétorique du farfelu, du légendaire. Pour ce qui est de la surabondance des détails fantastiques, c’est en partie vraie sur certains textes, mais peut-on dire que l’Évangile de Thomas, qui n’est qu’une suite de logia possède des détails fantastiques ? Mais il est vrai que l’Évangile de Thomas n’est pas un apocryphe, puisqu’il est contemporain des textes canoniques[18].
  • « ces textes ont comme caractéristiques de présenter un Jésus alternatif, magicien, marié, dont la mère n’était pas vierge ». À l’intonation, il semblerait que «alternatif» soit entre guillemets. Je passerai sur le fait que l’auteur semble passer sous silence la pluralité des Évangiles, qui nous présente chacun une face différente de Jésus. Mais bref, on le comprend : les apocryphes attaquent la vraie foi. On a ici une contradiction assez flagrante chez l’auteur, ou bien une ignorance crasse du sujet : les évangiles apocryphes les plus tardifs, qui au dire de l’auteur serait les seuls à pouvoir être qualifier d’apocryphes, sont bien souvents des Évangiles très orthodoxes. En particulier, je n’ai pas à l’esprit d’apocryphes postérieurs à la fin du premier siècle qui nous présente une Marie non Vierge.
  • «laissons aux charlatans et à leurs éditeurs le soin de publier ces textes, qui sont connus, il y a un volume de la Pléiade qui contient les textes apocryphes, laissons-leur le soin de publier ces textes». Les charlatans en question sont décrits plus tôt : ceux qui se basent sur les apocryphes pour établir une vie de Jésus. Le terme de «charlatans» peut éventuellement s’appliquer à certains d’entre eux, qui ne se basent que sur un ou deux textes pour essayer de construire une vie de Jésus, oubliant que les Évangiles, qu’ils soient canoniques ou apocryphes, ne relèvent pas de la construction historique mais de la construction mémorielle, et que chacun doivent être pris avec toutes les précautions historiographiques, si on prétend en dire quelque chose de Jésus in se. En revanche, je butte franchement quand j’entends dire que les éditeurs des apocryphes en Pléiades, c’est à dire les membres de l’AELAC sont des «charlatans». Nous avons donc une personne qui se prétend universitaire se permettant de traiter ainsi ses collègues, sans pour autant apporter de preuve à ses accusations.
  • «sachons nous plonger avec délice dans la richesse des évangiles que l’Église nous confie et qui au fil des siècles on nourrit la piété de tant de chrétiens». Par cette phrase conclusion, l’auteur résume parfaitement ses propos précédents : il montre soit sont ignorance totale des apocryphes, qui ont largement nourris «la piété des tant de chrétiens», soit sa totale hypocrisie.

Ainsi, cette vidéo se trouve dans une polémique anti-apocryphes que l’on n’imaginait pas tenable par une personne ayant fait des études d’histoire du christianisme, et directeur d’étude à l’EPHE[19].

En guise de conclusion

Le site affichant un catholicisme plus «identitaire» est finalement plus tendre avec les apocryphes que le site du catholicisme «officiel», celui de la Conférence des Évêques de France. Est-ce parce que le malaise des catholiques identitaires vis à vis des apocryphes est plus fort ? Est-ce parce que leur public est au contraire moins à même de lire spontanément les apocryphes, et donc que peut être plus nuancé dans leur rejet ? Ou est-ce parce que KTO a fait appel à un ignorant spécialisé sur ce sujet ? Je ne sais.

J’ose cependant espérer que la prochaine fois que KTO parle des apocryphes, il fasse appel à des gens les connaissant un peu mieux. Ce qu’ils avaient déjà fait avant (15 mai 2011).

Mais sans doute que le type d’émission s’y prêtait plus : appeler des invités assure en général de parler plus sérieusement que de laisser personne faire une chronique sur un sujet qu’il ignore, ou feint d’ignorer.

J’ai comme l’impression que certains catholiques ont du mal avec les études sur les apocryphes. Je ne serais guère étonné de constater que ce sont en partie les mêmes qui ont du mal avec les études sur le genre.

  1. Innocent I, Lettre 6, § 7, éd. Hubert Wurm, dans Apollinaris 12 (1939), p. 77-78. []
  2. Léon le Grand, Lettre 15, § 15, PL 54, 688. []
  3. Decretum Gelasianum, éd. Ernst von Dobschütz, Leipzig : Ernst von Dobschütz, 1912. []
  4. Breviarum Hipponense, 36, dans Concilia Africae, éd. Charles Munier, CCSL 149, p. 43. []
  5. Concile de Tolède, canon 12, dans Concilios Visigóticos e hispono-romanos, éd. José Vives, Madrid : Consejo superior de investigaciones cientlífcas, 1963, p. 27. []
  6. Concile de Laodicée, canon 59, dans Les canons des Pères grecs, éd. Périclès-Pierre Joannou, Rome : S. Nilo, 1963, p. 154-155. []
  7. Non oportet (…) in ecclesia (…) libros qui sunt extra canonem legere (Concile de Braga II, canon 26, dans Concilios Visigóticos e hispono-romanos, op. cit., p. 102). []
  8. Est-il besoin de rappeler qu’un «pape» à cette époque n’a pas du tout le même poids qu’aujourd’hui. []
  9. Certains dogmes récents, comme celui de l’Assomption, sont issus d’une piété largement imprégnée de traditions apocryphes. []
  10. Mais peut-on reprocher à une institution, lorsque la reproduction du savoir est coûteuse, de ne reproduire que le savoir qui l’intéresse directement? Qui a jamais trouvé une réponse à la question « Quel unique livre emporterais-je sur une île déserte ?» []
  11. Je pense par exemple à la Compilation J, aux nombreux remaniements des Actes de Pierre, ou bien des Actes de Jean (Lire à ce sujet : Éric Junod et Jean-Daniel Kaestli, L’histoire des actes apocryphes d’apôtres du IIIe au IXe siècle : Le cas des actes de Jean, Genève-Lausanne-Neuchâtel : Revue de théologie et de philosophie (Cahier de la revue de théologie et de philosophie 7), 1982). []
  12. Qui n’a d’ailleurs n’a plus aujourd’hui le moyen d’appliquer un tel interdit. []
  13. Ce qui est tout à fait vrai du point de vue de la théologie catholique romaine stricte… même s’ils peuvent imprégner largement la Tradition, qui est, du point de vue de la théologie catholique romaine stricte, une source de la Révélation. []
  14. Marc 5, 1-20. []
  15. Évangile de Pierre, 39-42, trad. Éric Junod, dans Écrits Apocryphes Chrétiens I, Paris : Gallimard, 1997, p. 252. []
  16. Protévangile de Jacques, 18, 2-3, trad. Albert Frey, dans Écrits Apocryphes Chrétiens, I, op. cit., p.98. []
  17. idem, 19,2-20,1, p. 99-101. []
  18. Curieusement, l’auteur prend le contre-pied des la définition «classique» des apocryphes, qui considérait que ceux-ci devaient être contemporains, ou très proches dans le temps, des canoniques. []
  19. Je me suis un moment demandé s’il n’y avait pas une homonymie entre deux Jean-Robert Armogathe, mais en consultant une vidéo sur la démission de Benoît XVI, on voit bien, à trois minutes dix secondes, que ce Jean-Robert Armogathe, président de la revue Communio est le même que celui qui présente cette ineptie sur les apocryphes. []

5 réflexions au sujet de « Apocryphes et catholicisme contemporain »

  1. Cette différence de réaction entre un site « intégriste » et le P Armogathe ne me surprend pas.
    1° il s’agit dans un cas d’un site internet d’un simple particulier, dans l’autre d’un prêtre sur la chaîne officielle du diocèse de Paris.
    2° le catholicisme officiel, surtout post Vatican II, se veut plus épuré, et se méfie des « légendes » et des miracles (sauf les miracles officiels bien sûr ! ( et encore, les plus progressistes rejettent la conception virginale de Jésus voire la réalité de sa résurrection), et tend à se rapprocher du protestantisme et du principe « sola scriptura ». A l’inverse les milieux tradis sont friands de miracles et de révélations, accordent une grande place aux « apparitions » et autres prodiges, par exemple les « secrets » de Fatima ou de La Salette, le miracle de la « ste ampoule » voire la naissance miraculeuse de Louis XIV (dans une optique royalo-catho-nationaliste). Ils sont aussi amateurs de dévotions populaires, pèlerinages, 1er vendredi du mois, statues miraculeuses, médailles, scapulaire … , alors que les autorités ecclésiastiques gardent +/- leurs distances (quoique J Paul II fut lui aussi friand de ses « révélations privées »). Du coup les apocryphes et leurs « légendes » ne dérangent pas beaucoup ces tradis, pour qui tous ces prodiges ne paraissent pas si « farfelus » que cela, tant que ces écrits restent « orthodoxes ». Par ailleurs ces milieux ont une grande dévotion mariale, le protévangile de Jacques et ses dérivés ne peuvent que leur plaire.

    Il est d’ailleurs contradictoire, pour ne pas dire hypocrite, que l’Eglise, tout en rejetant ces apocryphes, ait institué les fêtes de la présentation de Marie, de ste Anne et st Joachim, et proclamé les dogmes de l’assomption et de la virginité perpétuelle de Marie.

    1. Tout à fait. Ces différences ne sont pas surprenante quand on y réfléchis (c’était le sens de mon mot sur « le malaise vis-à-vis des apocryphes »), mais n’ai pas forcément évident en premier abord pour certains, qui placent les apocryphes sur un piédéstal de la contestation.

  2. pour ce que j’en sais, les textes canoniques représentent la norme alors que les textes apocryphes ne sont pas reconnus comme faisant partie de la norme. Il parait donc logique, quelle que soit la religion, de regarder des textes apocryphes comme déviants par rapport à la norme et donc dangereux pour le message officiel (cf. Actes de Barnabé et autocéphalie)

    1. Le problème est un peu plus compliqué que cela.

      Il faut distinguer dans le terme norme, appliqué au domaine religieux, ce qui est la norma normans, les sources du discours religieux, et ce qui est de la norma normata, le discours religieux normé.

      Car les textes canoniques sont certes normatifs, ils font parti de la norma normans. Mais les textes apocryphes ne sont pas nécessairement anti-normes. Ils peuvent même aller dans le sens de la norme, mais au sens de la norma normata, sans être pour autant reconnus comme normatifs (comme faisant partie de la norma normata). Par exemple le Protévangile de Jacques va dans le sens de la norme (norma normata) du dogme catholique de la Virginité perpétuelle de Marie, mais aucun catholique ne dira que ce texte est la source (norma normans) de ce dogme. Il dira que c’est la tradition qui est la norma normans de ce dogme.

      Quand aux Actes de Barnabé, c’est justement un outils qui va dans le sens d’une norme, norma normata, (qui est l’autocéphalie de Chypre, finalement reconnue), et qui est même un élément ayant permis cette norma normata.

      Mais voilà : reconnaître qu’on a des éléments de la norma normata qui, du point de vue historique, s’explique en partie par des éléments ne faisant pas partie de la norma normans est compliqué. En même temps, ces textes n’allant pas directement contre la norma normata on ne peut les condamner unilatéralement. Et c’est la position de « réponse catholique » (position, au final, assez courante dans l’histoire des apocryphes). La position de la vidéo de KTO est de dire que ce sont des textes qui par principe vont contre la norma normata, ce qui est totalement faux. Mais cela évite de penser que

      Soit la norma normata est à revoir car non ancré dans la norma normans (position des protestants rejettant des dogmes mariaux car non bibliques).
      Soit la norma normans est à revoir car ne correspondant pas à la norma normanta (ce qui ouvre la voie à bien des dangers pour un système de normalisation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *