Le Quo Vadis ou la démission de Pierre ?

L’annonce de la démission future du Pape Benoît XVI fait l’objet de commentaires de divers spécialistes : historiens, canonistes etc. Occasion pour moi de sortir ce blog du silence où je l’avais mis, pour commenter un récit bien connu, celui du Quo Vadis?. En effet, certains pourraient être tentés d’établir un parallèle entre cet épisode et la volonté pontificale de renoncer à son ministère, y voyant comme une forme de refus de suivre le Christ jusqu’au bout.

Ce récit, célèbre par le roman de Sienkiewicz[1] et surtout les films qui en ont été tirés se résume ainsi : Pierre quitte Rome, à la sortie il rencontre le Christ et lui demande «Seigneur, où vas-tu» (Domine, Quo Vadis ?). Le Christ lui répond qu’il va à Rome pour y être de nouveau crucifié, ce qui convainc Pierre de retourner à Rome.

Dans l’histoire du christianisme, on en trouve plusieurs variantes. Pour ma part, j’ai décidé d’exposer trois textes, afin de montrer leurs proximités et leurs divergences :

  • La version la plus ancienne, contenue dans les Actes de Pierre, datant de la fin du second siècle ou du début du troisième, et d’origine géographique inconnue, mais probablement pas romaine. Le texte est écrit originellement en grec.
  • Une version contenue dans le récit dit du Pseudo-Marcellus (nom d’un disciple de Pierre), datant du sixième-septième siècle et d’origine romaine, qui fusionne plusieurs traditions relatives à Pierre et à Paul. Ce texte est disponible en plusieurs recensions : grecques (longue et courte), latine (courtes), arméniennes, coptes, arabes, irlandaises, dont les relations sont peu établies. Je proposerais d’analyser les versions courtes en latin et en grec.
  • Une homélie latine attribuée à tort à Bède le Vénérable, dont je suis en train de préparer un article pour revue scientifique à son sujet. Datée au moins de la fin du huitième siècle, elle est sans doute plus tardive et s’inscrit vraisemblablement dans le courant de la réforme grégorienne. Cette homélie est basée, pour sa trame narrative, sur le récit du Pseudo-Marcellus.

Les actes primitifs de Pierre

Pierre enseigne la chasteté. Des femmes de hauts fonctionnaires, écoutant son discours, refusent désormais les relations sexuelles avec leurs maris, ce qui provoquent la colère de ces derniers envers Pierre, colère allant jusqu’aux menaces de mort[2]. C’est alors qu’arrive l’épisode du Quo Vadis[3].

Comme ils y réfléchissaient, Xanthippe[4], apprenant la discussion de son mari avec Agrippa[5], envoya en informer Pierre, pour qu’il sortît de Rome. Et tous les frères, ainsi que Marcellus, le pressaient de sortir. Mais Pierre leur dit « Serais-je donc un fuyard mes frères ? » Eux lui disaient : « Non, mais c’est que tu peux encore servir le Seigneur. » Obéissant alors aux frères, il sortit seul, en disant : « Qu’aucun de vous ne sorte avec moi, je sortirai seul, après avoir changé de tenue.» Mais comme il franchissait la porte de la Ville, il vit le Seigneur entrer dans Rome. Et le voyant, il lui dit « Seigneur, où va tu ainsi ?» Et le Seigneur lui dit : « J’entre dans Rome pour y être crucifié.» Et Pierre lui dit : « Seigneur, seras-tu de nouveau crucifié ? » Il lui dit « Oui, Pierre, je serais de nouveau crucifié.» Et Pierre rentra en lui-même en voyant le Seigneur remonter au ciel ; il retourna à Rome, se réjouissant et glorifiant le Seigneur de ce qu’il avait dit : « Je serais de nouveau crucifié» ; ce qui devait arriver à Pierre.

C’est après cet épisode que Pierre est arrêté et condamné.

La majeure partie des Actes apocryphes de Pierre est conservée uniquement dans un manuscrit latin du VI-VIIe siècle. Seule la dernière section commençant avec la prédication de la chasteté et s’achevant par le martyre est conservée en grec et en latin. Mais l’unique manuscrit latin a vu arraché ce récit relatif à la fuite de Pierre, tant l’épisode était gênant.

De ce récit, nous pouvons relever trois traits saillants :

  • Pierre ne fuit que contraint et forcé.
  • Ce n’est pas sa discussion avec le Christ qui le convainc de rentrer à Rome, mais le fait que le discours du Christ est contredit par son retour vers le ciel.
  • Le narrateur n’explicite pas que Pierre a compris qu’il devait retourner à Rome pour y subir le martyre, mais le laisse entendre seulement.

Actes du Pseudo-Marcellus

Pierre vient d’affronter Simon le magicien, qui s’était envolé du haut d’une tour, se prenant pour le fils de Dieu. Par une invocation au Christ il a fait chuté Simon, qui en est mort. Néron fait alors arrêter Pierre et Paul, et sur suggestion du préfet Agrippa, fait crucifié Pierre. Pierre est crucifié à l’envers, sur sa demande. Le Pseudo-Marcellus nous décrit la réaction de la foule à sa crucifixion, et la réponse de Pierre.

Voici la description dans la version latine[6]:

Or il vint une foule innombrable de personnes maudissant César Néron, si pleins de fureur qu’ils voulaient brûler César lui-même. Cependant Pierre l’interdisait en leur disant : « Il y a quelques jours, à la demande des frères, je m’éloignais (de Rome), et mon Seigneur Jésus-Christ vint à moi ; je l’adorai et je dis : “Seigneur, où vas-tu ?”. Et il me dit : “Suis-moi, car je vais à Rome être crucifié de nouveau”. Et le suivant, je rentrai à Rome. Et il me dit : « Ne craint pas, car moi je suis avec toi, jusqu’à ce que je t’introduise dans la maison de mon Père.”»

Et voici la description dans la version grecque[7] :

Une foule l’accompagnait, maudissant César et voulant le brûler. Pierre l’interdisait en leur disant : «Ne soyez pas dur envers lui, car son père est serviteur de Satan. En effet je dois accomplir ce qu’a prévu mon Seigneur. Car à l’aube d’il y a quelque jours (…) exhorté par les frères, je sortis de la ville et mon Seigneur Jésus-Christ vint à moi. Et m’inclinant devant lui je dit : “Seigneur, où vas-tu ?”. Et il me répondit “Je vais à Rome être crucifié.” Et je lui dis “Seigneur, n’a tu pas été crucifié une fois ?” Et le Seigneur me répondit : “Je te vois fuyant la mort et je veux être crucifié à ta place”. Et je lui dis “Seigneur, moi je marche, et j’accomplis ton commandement.” Et il me dit “Ne craint pas, car je suis avec toi”».

Ces textes partagent avec les Actes primitifs la caractéristique de décrire la fuite de Pierre comme liée à la pression des chrétiens.

En revanche, le lien entre la scène du Quo Vadis et la crucifixion de Pierre est accentué :

  • Le récit est rapporté par Pierre au moment où il est crucifié, pour éviter qu’on refuse son martyre.
  • Pierre est expressément invité :
    • Soit à suivre, au sens propre comme au figuré, le Christ qui va être crucifié (version latine).
    • Soit à reconnaître qu’il fuit en en réalité le martyre (version grecque).

Dans la version latine Pierre n’a pas besoin que soit explicité sa destinée, sa personne s’en trouve ainsi valorisée.

Homélie du Pseudo-Bède

Dans cette homélie, l’empereur annonce que si Simon arrive à voler, les apôtres Pierre et Paul seront tués. C’est alors qu’est inséré l’épisode du Quo Vadis[8] :

Cette nuit, les hommes et les femmes qui étaient chrétiens dans la cité vinrent auprès des saints, leur demandant que par amour de Dieu ils sortent de la cité et qu’ils fuient ailleurs. En effet ils n’avaient pas besoin qu’il meure aussi rapidement, ils savaient cependant qu’il désirait mourir pour Dieu, mais ils n’avaient nul (autre) pasteur, ni un tel (autre) conseiller. Saint Pierre par amour pour eux, non par crainte, sorti en cachette de la cité. Or lorsqu’il vint à la porte, il croisa le Seigneur, et lui dit : “Seigneur, où va tu ? (Le seigneur répondit 🙂 Je vais être crucifié de nouveau”. Le seigneur parla ainsi parce que les juifs l’avait déjà crucifié, mais qu’à ce moment, il allait à Rome afin d’être crucifié avec Pierre, parce que autant de souffrances Pierre supporta sur la croix, autant en ressenti Jésus-Christ. Après que Pierre eut entendu cela, il compris que le Christ ne parlait pas de lui-même mais de lui, parce qu’il avait quitté Rome, voulant fuir en un lieu où il ne pouvait en réalité aller. C’est pourquoi il retourna dans la cité, racontant aux chrétiens comment il avait croisé le Christ à la porte. Les chrétiens entendant cela louèrent Dieu pour ses miracles, et ils ne lui demandèrent plus de s’enfuir, parce qu’ils savait que c’était la volonté de Dieu qu’il soit martyr.

L’auteur raconte ensuite la scène de l’envol de Simon et sa chute.

Notre homéliste amplifie l’idée de contrainte de la fuite de Pierre, puisqu’il explicite que c’est par amour des chrétiens et non par crainte qu’il quitte Rome.

En outre, il augmente le rôle du Quo Vadis : en l’insérant juste avant le combat contre Simon le magicien, il signifie au lecteur que la mission de Pierre n’est pas seulement de suivre le Christ, mais aussi de combattre les ennemis de l’Église et de la prédication chrétienne.

Par ailleurs, Pierre n’a ici pas besoin d’interroger longuement le Christ sur sa crucifixion : il sait dès la première réponse que c’est lui qui est concerné par le martyre.

Enfin, le sens même de l’analogie entre le martyre de Pierre et celui du Christ est changé. Ce n’est plus tellement Pierre qui imite le Christ, mais le Christ qui soutient Pierre dans ses épreuves :

  • Il souffre avec lui, et non pas par lui.
  • La souffrance infligé à Pierre atteint directement le Christ.

Conclusion

La fuite de Pierre hors de Rome est toujours présentée comme relevant de la volonté des chrétiens et non de celle de Pierre. Si l’épisode du Quo Vadis sert systématiquement à annoncer le martyre de Pierre, il peut être porteur de plus de signification, et symboliser le ministère Pétrinien au sens large : être là afin de lutter pour le Christ. La manière même dont Pierre réagit à la première réponse du Seigneur est diverse : elle peut aller de la compréhension immédiate à l’incompréhension, en passant par la compréhension via l’explicitation Christique. En outre, si la plupart du temps l’analogie entre le martyre de Pierre et celui du Christ fonctionne essentiellement dans le sens Christ -> Pierre, l’homélie Pseudo-Bèdienne la comprend essentiellement dans le sens Pierre -> Christ.

PS

Puisque cet article a été inspiré par l’actualité récente, je me permet de sortir de mon devoir de réserve scientifique pour expliciter mon analogie :

  • La fuite de Rome, renoncement symbolique à une charge, n’est pas motivée par des intérêts personnels chez Pierre. Quoi que l’on pense par ailleurs de Benoît XVI[9], reconnaissons ici qu’il suit le modèle majoritaire du Quo Vadis : c’est bien un soucis pastoral qui le motive.
  • N’étant pas un adepte du martyre, je ne saurais tenir rigueur à Benoît XVI de ne pas retourner à Rome assumer sa charge[10].
  1. L’auteur ne s’inspire pas des récits apocryphes, mais des récits des guides locaux de Rome. Voir M. Starowiesky, « L’épisode Quo Vadis ? (Acta Petri, Martyrium, 6)» dans Humanitas, L (1998), p. 257-262. []
  2. Il s’agit d’un motif topique des anciens Actes Apocryphes d’Apôtres. []
  3. Martyre de Saint Pierre Apôtre, 35, trad. G. Poupon, dans Écrits apocryphes chrétiens t.1, Paris, 1997, p. 35 []
  4. Une des femmes converties par Pierre. []
  5. Les deux maris frustrés. []
  6. Passio sanctorum apostolorum Petri, 61, éd. R. Lipsius, dans Acta apostolorum apocrypha, New-York, 1971 (reprint 1891), p. 171. []
  7. Martyrium Petri et Pauli, 61, éd. R. Lipsius, dans Acta apostolorum apocrypha, New-York, 1971 (reprint 1891), p. 170. []
  8. Pseudo-Bède, Homilia XCIV. De Sancto Petro et Paulo, PL 94, 496 []
  9. Et du ministère papal en général, mais cela est un autre débat. []
  10. D’autant plus que par ailleurs, je suis très sceptique quant à son bilan pontifical, marqué du sceau du conservatisme, voire même de la réaction. []

10 réflexions sur « Le Quo Vadis ou la démission de Pierre ? »

  1. Je me suis aussi posé pas mal de question concernant les motivations de Benoît XVI, mais sans parvenir à me faire vraiment un avis. Enfin, cela me rappelle la lecture de ce pavé qu’est Quo Vadis et que j’ai beaucoup aimé…

  2. Pour le latin de plouc, je blaguais : je me plaçais juste dans la fiction selon laquelle Pierre avait prononcé ces mots. Et employer vadere dans le sens d’ire, ou venire, à l’époque de Tacite et de Pline, ça aurait été à la limite du faux-sens (vous me direz, le grec des évangiles, c’est pas mieux). Cela dit, vous m’apprenez que l’expression figure dans Vulgate et Vetus Latina, donc peut-être dès la fin du IIe…

    Et donc dans un contexte où il y a déjà l’idée l’accompagner ou non le Christ. Est-ce que la version grecque des actes pétriniens joue déjà sur l’intertextualité et reprend textuellement le Κύριε ποῦ ὑπάγεις de Jean ? Je suppose que c’est un fait connu des spécialistes, mais je découvre ce jeu intertextuel.

    Quant à l’analogie, je l’interpréterais en sens inverse : on demande plutôt à BXVI de garder son poste, mais sa conscience lui dit de partir. Mais là aussi, ça vaut ce que ça vaut…

    1. Je ne suis pas sûr que vadere soit à comprendre dans le sens de ire. Le terme est d’après le Gaffiot souvent utilisé dans l’idée de s’approcher de quelque chose, en particulier de l’ennemi. Je pense que c’est en ce sens qu’il faut le comprendre.

      Le grec des Actes de Pierre propose : Κύριε, ποῦ ὦδε ; On a aussi dans le Pseudo-Marcellus : Κύριε, ποῦ πορεύῃ ; Aucune de ces formes ne se trouvent dans les variantes textuelles du NT.

      Quant à l’analogie, je pense que nous avons fait le tour de la question…

      1. Précisément : vado a un sens spécialisé à l’époque classique; qui s’emploie pour des mouvements rapides, hâtifs et agressifs (un fleuve, une charge militaire). Il prend un sens plus lâche au Bas-Empire, et je suis persuadé que c’est en ce dernier sens qu’il faut l’entendre dans Quo vadis. J’imagine mal une apparition de Jésus courant vers la ville !

        Dommage pour l’absence de correspondance en grec entre les actes et Jean. Cela aurait conforté l’idée d’une intertextualité entre les deux passages (qui sont proches thématiquement).

  3. Petite coquille : avec [Bède], c’est le sens Pierre -> Christ, non ?

    Une première conclusion que j’en tire, est que les Palestiniens du Ier siècle parlaient un latin de plouc. D’ailleurs, quand la trouve-t-on pour la première fois, cette expression « quo vadis » ?, puisque, si j’ai bien compris, elle ne figure pas ds les Actes de Pierre ? Chez [Marcellus] ?

    Seconde remarque : l’homélie de [Bède] explicite quelque chose qui est peut-être déjà ds les Actes de Pierre ; je ne connaissais pas, et cela m’intéresse. Autant dans [Marcellus] (enfin, version grecque) il y a une nette alternative crucifixion du Christ OU de Pierre, autant dans [Bède], on développe l’idée, peut-être sous-jacente dans les Actes, que les deux se font l’une par l’autre.

    Défaut de l’analogie: aucun frère n’ayant pressé Benoît XVI de prononcer sa renonciation, la situation serait plutôt inverse…

    1. Merci pour la coquille.

      En quoi avons nous affaire à un « latin de plouc » ? (en dehors même du fait qu’il ne s’applique pas à un palestinien du Ier siècle).

      L’expression « Domine Quo Vadis » ne se trouve pas dans les Actes primitifs de Pierre version latine car le passage est arraché dans le manuscrit existant. Donc on ne peut pas vraiment dire qu’elle ne s’y trouve pas, mais seulement qu’on l’ignore. Mais qui sait, peut-être retrouveront un jour un nouveau manuscrit ?

      En ce qui concerne les versions anciennes du Quo Vadis :
      – au IVème siècle (?) on le trouve dans le Pseudo-Linus, qui est une paraphrase latine des Actes primitifs de Pierre (Martyrium beati Petri apostoli a Lino Episcopo conscriptum, VI, éd. R Lipsius, dans AAA, t.1, p. 7). La phrase est « Domine quo vadis ? », mais on n’a pas de manuscrit avant le XIIème s.
      – Le Pseudo-Hégesippe est le premier texte romain reprenant les Actes Apocryphes primitifs de Pierre et de Paul et les fusionnant. La plupart des manuscrits (retenus pour l’édition critique) proposent « Domine quo venis ? », mais le manuscrit de Berne du IX s. propose « Domine quo vadis » (Hegesippi qui dicitur historiae libri V, III, 2, éd. V. Ussani, CSEL 66, p. 186). Certain des manuscrits principaux remontent au IVe s.
      – le Pseudo-Marcellus est un texte romain daté du VI-VIIe (et non IVe comme j’ai pu l’écrire). Les premiers manuscrits datent du Xème s. Ils proposent tous « Domine quo Vadis ».
      – il existe également une version courte des Actes de Pierre et Paul qui utilisent l’expression « Domine quo Vadis ». (Passio apostolorum Petri et Pauli, XII, éd. R. Lipsius, dans AAA t. 1, p. 233). Ils dépendent du Pseudo-Marcellus et sont datés du VIe ou VIIe s., avec des manuscrits datant à minima du IXe.
      – la collection dite du Pseudo-Abdias proposent le récit du Quo Vadis. Malheureusement il n’existe pas à l’heure actuelle d’édition critique de ce texte (pour le récit sur Pierre du moins).

      Voici pour les textes apocryphes. En revanche si on regarde du côté des autres textes, on se rend compte que « Domine Quo Vadis » est l’expression utilisé par la Vulgate en Jean 13, 36, mais aussi dans la plupart des Veteres Latinae.

      Tout à fait d’accord concernant l’homélie du Pseudo-Bède. La seule différence est une question d’accent. En effet, le fait de déplacer la scène du Quo Vadis loin en amont de la crucifixion montre que l’auteur se préoccupe plus de la crucifixion de Pierre comme préparation du devenir post-mortem de l’apôtre que comme imitation du Christ.

      En ce qui concerne l’analogie : comme toute analogie elle a ses limites. Certes le Pape n’est pas poussé à la démission par les frères. Il n’en demeure pas moins qu’il le fait par soucis pastoral (ne pouvant plus assumer correctement sa charge), de même que Pierre le fait par soucis pastoral (ne voulant pas peiner ses disciples).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *