Étudier les religions, une arme contre les fondamentalismes

Un chercheur n’est pas hors-sol. C’est un humain avant tout, ancré dans une réalité socio-historique. Un chercheur en sciences humaines le sait d’autant plus.
Hier, cette réalité socio-historique s’est concrétisée dans cet horrible assassinat, cette élimination, pour des motifs apparemment religieux, de toute une équipe de rédaction, cette attaque contre un symbole de la liberté d’expression.

Il y a plusieurs manières de répondre à cette violence. Du rassemblement aux tweets, de l’analyse froide aux cris de désespoir. Du rassemblement «républicain» à la critique de l’hypocrisie d’une république qui chaque jour nie sa devise. Toutes ces méthodes ont leur légitimité. Pour ma part, j’ai choisi de continuer ma thèse.

Parce que je pense que, bien qu’il ne paraisse pas au premier abord, mon travail, le travail de mes collègues de l’AELAC, de la FTSR ou plus généralement des chercheurs en sciences religieuses – de l’antiquité à l’époque contemporaine – est indispensable.

La pluralité religieuse, une découverte quotidienne

Cette attaque semble avoir été commise par des fondamentalistes musulmans. Les réactions islamophobes n’ont pas tardé à se manifester, mettant tout le monde dans le même panier.

En tant que chercheur, je constate pourtant tous les jours la formidable pluralité des religions. Oh, certes, je ne connais principalement que celle du christianisme ancien. Pourtant, quelle palette de richesse! Quelle diversité! Certaines formes de christianisme ont quasiment disparu, d’autres sont devenues majoritaires, d’autres encore réapparaissent régulièrement, sous des formes modernisées.

Certaines étaient profondément tolérantes, d’autres sectaires. Certaines correspondent à ma pensée théologique, d’autres s’y opposent radicalement. Pourtant, dès que je découvre un nouveau penseur, je suis fasciné. Fasciné par des raisonnements inconnus. Fasciné par de l’inventivité sans limites pour dire quelque chose de l’homme – car parler du divin c’est au final parler de l’homme.

Et ce que je découvre, c’est à chaque fois des humains. Toujours des humains. Des humains qui se sont disputés et réconciliés. Des humains qui ont écrit, mais ont d’abord vécu.

Or, si le christianisme est composé d’humains divers dans leurs pensées, il n’y a pas de raison que l’islam soit différent, sauf à nier toute humanité aux musulmans.

Il m’appartient donc en tant que chercheur de continuer à creuser et présenter cette pluralité. Pour montrer qu’on ne peut jamais réduire une religion à une case.

Des constructions plurielles d’identité

Mais il faut aller au-delà de ce simple constat de la diversité, pour aller vers son analyse. Les assassins d’hier auraient crié « On a vengé le prophète Mohamed ». Des personnes s’identifient à une figure, qu’elles croient venger par le meurtre. Pour autant, est-ce la seule manière de s’identifier à une figure?

Ce processus de construction d’une identité par rapport à une figure est au cœur de mon sujet de thèse. Et plus j’avance, plus je constate que les formes et les motifs sont divers. À ma modeste échelle, je tente d’en montrer les modalités diverses. J’ose espérer que mon travail, combiné à celui d’autres chercheurs, permettra de mieux comprendre les mécanismes d’identification religieuse, et notamment les formes d’identification qui conduisent à rejeter notre identité commune : celle d’êtres humains.

Des textes pluriels et lus de manière plurielle

En tant que chercheur sur Barnabé, je suis régulièrement amené à parler sur l’Évangile de Barnabé, bien que cela ne concerne pas directement mon travail. Pas plus tard qu’hier, il a fallu[1] corriger sur Wikipédia un acte de vandalisme dans l’article consacré à ce texte.

Des personnes n’acceptent pas de reconnaître que l’Islam est divers. Et que oui, un texte peut être musulman sans concorder parfaitement avec le Coran. De même un texte peut être chrétien sans concorder parfaitement avec la Bible. Pire encore : deux auteurs, chrétiens tous les deux, ou musulmans tous les deux, peuvent lire le même texte et en tirer des conclusions différentes, voir divergentes.

La pluralité des textes religieux n’a d’égale que la pluralité de leurs lectures. Nombre de fondamentalistes, de toute obédience (chrétiens, musulmans, juifs, athées, et j’en passe) refusent cet idée. Et en viennent parfois à tuer.

Le chercheur que je suis ne peut dès lors que continuer à découvrir et exposer cette double pluralité.

Plus que jamais, un travail nécessaire

À leurs manières, les membres de Charlie Hebdo auraient réagi à ce meurtre. Par des dessins sans doute. Ils n’auraient probablement pas échappé à certains travers, mais ils auraient prouvé qu’ils refusaient à leur bourreau la capacité de les nier non seulement dans leur humanité, mais aussi dans leur travail.

Moi-même je n’échappe pas au travers de survaloriser l’importance de mon travail. Pourtant, je suis convaincu que rendre hommage aux victimes d’hier, c’est le continuer. Parce que c’est refuser de plier devant l’inhumain. Parce que c’est continuer de tenter de comprendre l’humain.

  1. Quelqu’un d’autre que moi s’en est chargé. []

Une réflexion au sujet de « Étudier les religions, une arme contre les fondamentalismes »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *