De la statistique appliquée au contenu des manuscrits hagiographiques

Mon travail porte sur la mémoire des Apôtres Tite et Barnabé. Si donc j’étudie les formes littéraires que prend cette mémoire — ou plutôt ces mémoires —, je ne peux oublier que ces formes littéraires n’existent pas de manière « pure », mais sont toujours incarnées dans des supports physiques, en l’occurrence des manuscrits[1]. Je m’intéresse donc aux types de manuscrits dans lequel sont présents mes textes.

Très sommairement on peut diviser les manuscrits en trois catégories:

  1. Les manuscrits d’érudits à partir de l’époque moderne, qui ne m’intéressent pas directement, puisque j’étudie la question uniquement à l’époque byzantine, et encore, pas sur toute la période[2].
  2. Les manuscrits de type ménologiques, où les textes sont classés selon l’ordre du calendrier liturgique.
  3. Les manuscrits hagiographiques non ménologiques, où les textes sont classés et sélectionnés selon des critères non calendaires.

Pour les deux derniers types de manuscrits, la présence ou non d’un texte peut-être signe de son importance. Toutefois pour évaluer correctement cette importance, il ne suffit pas de la remarquer, il faut la comparer avec celles d’autres textes. Autrement dit, faire de la statistique. Et ceci n’est pas sans poser quelques problèmes. C’est à ces problèmes qu’est consacré le présent billet[3].

Pour que mon travail soit correct il me faut d’une part avoir des données correctement choisies et d’autre part utiliser les bons outils pour les analyser. Ces deux questions seront donc étudiées successivement.

La question des données

Sur quelle données dois-je travailler pour avoir une analyse correcte? La question peut se subdiviser en deux questions : d’une part la question de la granularité choisie, d’autre part la question de l’ensemble choisi.

Granularité

Les catalogues de manuscrits peuvent se révéler d’une précision plus ou moins forte. Or ce sont les sources où je vais extraire mes données. Sommairement, je peux avoir trois cas:

  1. Dans l’idéal, les catalogues me fournissent une vue exhaustive du contenu du manuscrit. Chaque texte est détaillé, avec son incipit et son explcit et je peux donc le rattacher à un numéro BHG ou en tout cas l’identifier de manière unique.
  2. À l’inverse, je peux avoir des données complètement inutiles, comme « ce manuscrit contient des textes hagiographiques ».
  3. Une situation intermédiaire peut être: ce manuscrit contient des textes sur tel saint, telle sainte etc.

La solution qui me semble la plus pertinente est donc de :

  1. Faire abstraction des cas 2, en me disant que les cas 1 et  3 sont suffisament nombreux pour ce permettre de réduire mon échantillon.
  2. Dans mes bases de données, retenir le cas  1 lorsque c’est possible et le ramener au cas 3 lors de l’analyse, en attendant d’avoir toujours le cas 1

Du reste, n’avoir que le cas 3 n’est pas dérangeant outre mesure, puisque mon but est d’étudier la mémoire d’une figure en tant que l’on recopie des textes à son sujet, et non pas la mémoire de tel ou tel texte particulier[4]. Cependant, un problème reste: bien souvent les textes concernent deux figures, et pas une seule. Faut-il alors considérer l’ensemble A+B ou bien séparer cela en un ensemble A et un ensemble B? De même, un saint peut se voir associer plusieurs fêtes. Ainsi l’apôtre Pierre dispose-t-il, outre la fête du 29 juin commune avec Paul, d’une fête des chaînes le 16 janvier[5]. Faut-il dès lors avoir une entrée statistique commune à l’ensemble des fêtes, ou bien plusieurs entrées?

Ensemble choisi

En dehors de la question de la granularité des données statistiques, se pose la question de leur étendue, qui peut se subdiviser en deux questions : premièrement, faut-il prendre en compte toutes les figures, ou uniquement celle présentes dans les manuscrits étudiées, deuxièmement, faut-il exclure certaines figures?

Les manuscrits d’une catégorie constituent-ils mon ensemble?

Supposons que j’étudie la présence d’une figure dans les manuscrits non ménologiques. Il semblerait logique de comparer aussi cette présence avec l’absence de certaines figures dans ces manuscrits, puisque les manuscrits non ménologiques n’offrent a priori pas de choix évident quant à la sélection des figures retenues.

Cependant cela pose deux problèmes:

  1. Quel est finalement notre ensemble? Il n’existe pas une liste finie des figures hagiographiques. On peut toutefois raisonnement se dire que l’on se base sur la liste finie des figures hagiographiques connues, qui est, pour l’orient, celle proposée par la BHG.
  2. Avec un tel ensemble, nous aurons beaucoup de cas de non-présence, autrement dit un grande dispersion des données. Comment gérer cela?

En revanche il semble plus logique dans le cas des manuscrits ménologiques de prendre comme ensemble la liste des saints de la période du type de ménologe étudié (par exemple : ménologe de juin, ménologe de mai-juin, ménologe de juin-août). À nouveau trois problème:

  1. J’aurai affaire à des corpus d’ensembles extrêmement réduits. Pour prendre le seul exemple des ménologes de deux mois seulement, Albert Ehrhard n’en relève que que quatre[6].
  2. De même, que signifie l’ensemble des fêtes sur une période donnée? Comment le détermine-je?
  3. Enfin, pour un certain nombre de manuscrits, il est probable que la période conservée soit plus courte que la période effective du manuscrit. C’est le cas par exemple de l’ensemble constitué par les manuscrits grecs de Paris 1476 et 1470[7].

Exclure des figures?

Mes manuscrits contiennent des textes consacrés à des figures diverses. On y trouve le Christ, Marie, les prophètes, Jean-Baptiste, les apôtres du cercle des Douze étendu à Paul, des « deutéro-apôtres » (disciple d’Apôtres fondateurs d’Églises, comme c’est le cas pour Tite et Barnabé), des martyrs connus sous des noms collectifs, des saints divers.

Parmi toutes ces figures, le Christ, Marie et les Douze, et dans une moindre mesure les martyrs se détachent nettement par leurs nombres, mais aussi par l’importance dans le système théologique du christianisme orthodoxe. Or on ne peut comparer que ce qui est comparable. Il me semble donc qu’il faille procéder en deux étapes, selon deux corpus:

  • D’une part, en excluant l’ensemble de ces figures marquants, pour voir l’importance de Barnabé et Tite face à des « concurrent » de même niveau.
  • D’une part en n’incluant que les figures apostoliques, deutéro-apôtres compris. Cela permettra en effet de voir si la prétention à l’apostolicité des Chypriotes et — de manière moins forte – des Crétois a bien été acceptée en dehors des îles.

Des outils corrects d’analyse

Une fois que j’ai choisi mes données, il reste à trouver les outils pour les interpréter. J’en vois plusieurs, mais là je séche un peu, et tous les conseils sont bienvenus.

J’appelle fréquence le nombre de fois qu’une de mes figure est présente dans l’ensemble que j’étudie. Si j’ai bien suivi les explications de Joël, je dispose de plusieurs outils:

  • La moyenne (arithmétique) et l’écart type. Plus la différence absolue entre la fréquence de ma figure et la moyenne des fréquences, le tout rapporté à l’écart type, est grande, plus ma figure fait exception.
  • La fréquence des fréquences, qui me permet de savoir si la fréquence d’une figure particulière est commune ou non.
  • La loi de Poisson qui me permet de dire quels serait la probabilité qu’une figure ait telle fréquence, en fonction de la moyenne des fréquence. C’est à mon avis l’outil le plus pertinent. Si la loi de Poisson m’indique que la probabilité est faible – mais c’est à moi de déterminer ce que signifie le terme « faible », alors le fait que ma figure est cette fréquence est significative.

En guise de conclusion

L’analyse statistique me semble une piste intéressante, voir indispensable pour juger de l’importance relative d’une mémoire. Cependant elle pose de nombreuses questions. C’est pourquoi j’attends les conseils tant des pro de la codicologie sur la première partie que des pros de la statistique sur la deuxième.

  1. Du reste, cette affirmation demeure valable pour les formes littéraires contemporaines. Les supports physiques de l’Internet existent bel et bien, et on pourrait appliquer la question aux supports logiques, par exemple au site web. []
  2. En revanche ces manuscrits m’intéressent quant à l’édition de mes textes, mais ceci est un autre problème. []
  3. Je précise que mes cours de statistiques ont toujours été limités aux différents outils statistiques, mais jamais à la question du choix des données et de l’interprétation des résultats. Autrement dit, ils ne m’ont pas servi à grand chose. Je remercie Joël Gombin de m’avoir, lors d’une conversation, fourni quelques pistes de problématisation. []
  4. Sauf dans le cadre de la préparation du papier que je présenterai prochainement à Prague, où c’est bien la réception d’un texte qui m’intéresse. []
  5. Dans le monde orthodoxe! Dans le monde catholique, c’est le 1er août. []
  6. Albert Ehrhard, Überlieferung und Bestand der hagiographischen und homiletischen literatur der griechischen Kirche, t. 3, Leipzig : Hinrichs Verlag, 1939-1952, p. 184-192. []
  7. idem, t. 1.1, Leipzig : Hinrichs Verlag, 1937, p. 258-266. []

Une réflexion au sujet de « De la statistique appliquée au contenu des manuscrits hagiographiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *