Apocryphes et athéisme contemporain

En pendant à mon précédent article sur la perception des apocryphes dans le catholicisme contemporain, voici un billet sur la perception des apocryphes dans l’athéisme contemporain.

Méthodologie

Pour trouver mes sources, uniquement des sites internet, j’ai procédé de manière peu scientifique : j’ai pris les premiers résultats de recherche pour le mot « athéisme » sur un célèbre moteur de recherche. J’ai ensuite consulté les sites et cherché les occurrences du mots « apocryphes ».

Il s’agit donc d’une méthodologie assez discutable. Cependant, il est raisonnable de penser qu’une personne cherchant des informations sur l’athéisme utiliserait ce moteur de recherche. On peut donc penser qu’ils tomberont en premier lieu sur ces sites[1].

De la manière de présenter les apocryphes

Le site « Athéisme – l’homme debout[2] » propose une page intitulé « Les Évangiles »[3].

De la censure

Cette page contient un sous titre : « Toute sélection renferme censure et manipulation ». Affirmation en soi pertinente, mais qui part du postulat qu’il peut ne pas y avoir de sélection. Or, il suffit de constater ce qu’il en est des processus d’édition aujourd’hui pour voir que cela est impossible : comment eut-il pu en être autrement à une époque où le prix du livre était considérablement plus élevé, puisque tout livre est basé sur une support matériel, en quantité limité [4]?

Ce qui est éventuellement à reprocher aux écrivains ecclésiastiques n’est pas d’avoir sélectionné les œuvres qu’ils recopiaient en fonction de leurs intérêts propres, mais d’avoir eu le monopole du savoir et de sa reproduction[5].

Une typologie bien… confessante

Je passerais rapidement sur les portes ouvertes enfoncées par cet article sur le caractère pseudépigraphiques de l’attribution des Évangiles[6]

J’en viens à la présentation des écrits apocryphes, sous le titre : « Foire aux livres : demandez les évangiles, les Actes, les Epîtres, les Apocalypses !!! ». On peut se demander si le même auteur est à l’origine de ce titre et du sous-titre de la page : une foire se caractérise par l’absence de sélection.

Suit une définition sommaire du terme « Apocryphes », assez sommaire :

se dit d’écrits similaires aux livres canoniques et mettant en scène les personnages du christianisme mais n’appartenant pas au Nouveau Testament.

Et c’est là où le bât blesse. Passons sur l’imprécision sémantique quant aux « personnages du christianisme » – car en l’absence du qualification « fondateur » nous pourrions y mettre des personnes comme Martin Luther, et venons à la manière dont l’auteur établit un lien avec les Écrits canoniques – car, il nous a prévenu dans le sous-titre de l’article, l’enjeu est la sélection. Deux remarques majeures peuvent être faites :

  1. D’une part le rapport est établi avec le Nouveau Testament. Notre auteur annonce ainsi qu’il se situe dans une perspective du type « apocryphes du Nouveau Testament ».
  2. D’autre part, le type de rapport établi est la similitude, qui se révèle :
    1. Dans le contenu (la référence aux « personnages du christianisme »).
    2. Dans la forme : c’est ce qui se révèle dans le tableau suivant, qui distingue entre Évangiles, Actes, Épîtres et Apocalypse.

Cette dernière typologie est le point le plus intéressant de cet article. Elle est en effet calquée sur la division du Nouveau Testament. Hors, comme l’a montré Éric Junod, elle n’a une pertinence que très limitée. Prenons par exemple les Apocalypse : la plupart des celles mentionnées dans le tableau n’ont rien à voir du point de vue du genre littéraire avec l’Apocalypse de Jean : il s’agit, par exemple, de récit de transports de l’apôtre dans les mondes non terrestres, enfer ou paradis ; les Actes canoniques d’Apôtres ne s’intéresse absolument pas à des personnes isolées, comme la plupart des Actes Apocryphes. Ainsi donc[7]

La répartition des apocryphes en évangiles, actes, lettres et apocalypses est bien souvent un trompe-l’œil, et, lorsque cette répartition paraît pertinente, elle ne correspond pas nécessairement a la répartition qu’on trouve dans le Nouveau Testament. Il n’est guère possible, selon des critères de critique littéraire, de ranger tous les apocryphes dans ces quatre catégories. II me paraît fort contestable, par exemple, de placer tous les dialogues dans la rubrique générale « évangiles». On peut aussi se demander si le ProtévangiLe de Jacques gagne a être classé parmi les évangiles. (…)

En outre, il est vain de soutenir que ces catégories correspondent plus ou moins à celles du Nouveau Testament.Le cas des Actes apocryphes le montre clairement. (…) Cette fiction d’une triple répartition entretient malencontreusement l’idée qu’il existe une correspondance entre la littérature canonique et la littérature apocryphe.

Or cette idée de correspondance entre écrits canoniques et écrits apocryphes est liée, implicitement, à l’idée que les apocryphes sont des pâles imitations des écrits canoniques, et qui vise donc à les disqualifier. Je crois que la vidéo présentée dans mon précédent article en est un bon exemple.

Il y a donc matière à rire – rire jaune, bien sûr – de voir que des personnes prétendant se baser sur des apocryphes pour démontrer la « constance du mythe[8] » défendu par les Églises utilisent une typologie issue des milieux ecclésiaux les moins critiques… Mais l’article n’est pas à une contradiction près…

La sélection, encore et toujours

La question de la sélection des textes semble pour certains un argument de poids dans leur argumentaire « rationaliste ». Prenons par exemple une note sur un livre de Michel Onfray[9].

Il y ait fait mention deux fois des apocryphes. Prenons la première référence[10]:

La construction du mythe sʼeffectue sur plusieurs siècles, avec des plumes diverses et multiples. On se recopie, on ajoute, on retranche, on omet, on travestit, volontairement ou non. Au bout du compte, on obtient un corpus considérable de textes contradictoires. Dʼoù le travail idéologique qui consiste à prélever dans cette somme matière à histoire univoque. Conséquence : on retient des évangiles pour vrais, on écarte ceux qui gênent lʼhagiographie ou la crédibilité du projet. Dʼ’où les synoptiques et les apocryphes. Voire les écrits intertestamentaires auxquels les chercheurs accordent un statut étrange dʼextraterritorialité métaphysique !

Un mot d’abord sur la dernière phrase quant aux écrits « intertestamentaires ». Le terme est très ambigu et on évite désormais de l’utiliser[11]. Néanmoins, il n’y a à guère que dans la tête de l’auteur de l’article que le terme ait pu donner un « statut dʼextraterritorialité métaphysique ». En effet, il s’agit d’un terme inventé par les historiens des corpus de textes religieux. Ces historiens ne prétendent nullement définir une métaphysique, mais simplement étudier des textes à caractères religieux et essayer, tant bien que mal – plutôt mal en l’occurrence pour ce terme – de les classifier.

Quant au théologien systématicien, ces écrits ne l’intéresse qu’à titre secondaire, et n’ont pas plus d’« extraterritorialité métaphysique » que n’importe quel texte de l’antiquité. Pour un systématicien ces textes n’ont pas d’intérêt du point de vue de l’inspiration… tout au plus ont-il de l’intérêt du point de vue de l’histoire des religions – et donc de l’histoire de la révélation. En ce sens, ils ont un statut métaphysique secondaire – au même titre que n’importe quel production humaine non canonisée.

Venons en à la question de la sélection. On se demande comment l’auteur peut parler d’un travail visant à avoir une matière équivoque, sachant :

  1. Que toutes les controverses théologiques depuis la fin de l’antiquité se sont basés sur une liste de textes considérés comme canoniques par tous les camps en présence.
  2. Qu’un texte n’est jamais à sens unique. Seule les fondamentalistes pensent cela[12].

En outre, l’auteur semble faire comme si dès lors qu’un canon est défini, les apocryphes sont automatiquement mis hors jeu. Or il n’en est absolument rien. Une grande parties des apocryphes ont été écrits, ou recopiés, après la « fixation » du canon à la fin du IVe siècle. La séparation apocryphes / canoniques n’est pas une opposition. Les rapports sont beaucoup plus complexes, et ne sont pas encore clairement établis par les historiens.

Venons en à la seconde références :

et tant dʼhistoires racontées dans plusieurs milliers de pages dʼécrits apocryphes chrétiens. Pourquoi les avoir écartées ? Parce quʼelles ne permettent pas un discours univoque…

La phrase est ambiguë. On ne sait si l’auteur parle d’un écartement « en bloc » des apocryphes chrétiens, ou bien de l’écartement de chacun de ces apocryphes. Analysons donc les deux possibilités.

  1. L’écartement en bloc. On serait bien en peine de trouver des décisions écartant en blocs les apocryphes chrétiens. Dans un précédent article, je mentionne les principaux textes où les apocryphes sont écartés. Si notre auteur voulait s’appuyer sur ces textes pour affirmer un tel écartement il serait bien gêné, pour diverses raisons :
    1. La portée géographique et ecclésiale exacte de ces textes est complexe et non évidente.
    2. Les domaines théologiques dans lesquels ces textes sont écartés ne sont pas toujours précis.
    3. Après l’Écriture de ces textes, on a vu apparaître au sein de la grande Église des apocryphes chrétiens. Certes il s’agit bien souvent de réécritures correctives d’anciens apocryphes, il n’en demeure pas moins que ceci manifeste que le texte n’avait pas de portée suffisante pour exclure a priori tous textes se référence aux temps fondateurs autres que les écrits canoniques.
    4. Des apocryphes condamnés par ces textes ont également pu être recopiés au cours des siècles postérieurs, que ce soit sous forme originelle ou sous forme de traduction.
  2. L’écartement au cas par cas. La justification, au dire de l’auteur, serait d’éviter les équivoques. Or, certains apocryphes condamnés par les textes sus-cités sont bien moins équivoques que les canoniques. Prenons par exemple la question de la virginité post-partum de Marie. Idée qui émerge à la fin de l’antiquité. Or le texte le moins équivoque sur la question est … un apocryphe. À savoir le Protévangile de Jacques, qui est mentionné explicitement dans le Décret de Gélase comme un texte à écarté. Si ce décret avait voulu éviter les équivoques, il l’aurait sans doute conservé comme canoniques.

L’écartement des apocryphes n’est pas seulement fondés sur des raisons doctrinales. Cela peut être le cas de certains, certes. Mais une raison aussi importante, si ce n’est plus, est l’habitus : l’usage s’était établi de lire tels textes et pas tels autres. Si avec le temps les pouvoirs ecclésiaux centraux ont pu vouloir uniformiser les usages, ce n’est pas nécessairement pour des raisons dogmatiques mais pour des raisons liturgiques.

Le problème majeur du discours présent dans cet article est de faire comme si le christianisme – et la religion en général – était un ensemble de dogmes et de discours d’où émergerait des pratiques. Or la réciproque est également vraie : des discours émergent des pratiques. Nombre de textes hagiographiques sont d’abord nés de cultes locaux …

Un autre problème du texte est de considérer l’Église comme un corps unitaire, où une décision prise à tel endroit s’imposerait partout.

Qui constitue ce corpus et décide du canon ? LʼÉglise, ses conciles et ses synodes à la fin du IVe siècle.

C’est oublier que l’Ecclésiologie de la fin du IVe siècle n’a rien à voir avec la papauté centralisatrice que nous connaissons aujourd’hui. Et que la décision de tel concile local n’est pas nécessairement suivi par tel autre concile.

C’est oublier également que le reproche majeur que l’on peut faire au clergé du passé n’est pas tellement d’avoir sélectionné des textes pour ses besoins spécifiques – qui ne le fait pas quand il constitue une bibliothèque ? – mais d’avoir eu le monopole du savoir.

Autour de Noël

Je suis également tombé sur un texte intitulé « l’arnaque de Noël[13] »[14].

L’auteur semble un peu plus au courant du contenu des textes apocryphes relatifs à l’Enfance de Jésus[15]. Cependant, il en tire des conclusions pour le moins étranges, puisqu’elles se contredisent mutuellement. Or ce qui est acceptable dans des textes de formes littéraires ne l’est pas dans des textes qui prétendent parler selon une structure argumentative explicite.

Premier extrait : les apocryphes aux services de la précision historique ?

Seul l’évangile de Luc (2, 7) stipule que la naissance de JC eut lieu dans une crèche. Elle est la seule aussi à indiquer la venue de « messagers célestes ». Les trois autres versions de la vie de JC par Matthieu, Marc et Jean font preuve d’un inquiétant silence pour les gardiens de la foi. On ne trouve trace de l’âne et du boeuf que dans les évangiles apocryphes. Ces textes ont été écrits eux aussi dans les premiers siècles de la chrétienté et furent déclarés faux par les évêques du fait de la grande confusion qu’ils entraînent, dans une tentative de description de la vie de JC en particulier. Les deux animaux apparaissent dans l’évangile du pseudo Matthieu (14). Il semble que la tradition de l’adoration de la crèche par les chrétiens soit une invention de Saint François d’Assise au 13ème siècle.

D’emblée on est en face d’une contradiction manifeste : les « gardiens de la foi » sont gênés par le silence des canoniques, nous dit l’auteur. Il y a donc lieu de penser qu’ils viennent compenser ce silence par la production d’autres textes. Et c’est ce que laisse entendre le phrase sur l’âne et le bœuf. Mais l’auteur nous précise aussitôt qu’ils sont condamnés par les évêques. On en déduit donc :

  1. Soit que les « gardiens de la foi » ne sont pas les évêques. Mais alors qui ?
  2. Soit qu’il y une contradiction dans le discours de l’auteur : les gardiens de la foi sont génés par le silence, mais condamne les textes qui rompent le silence.

N’oublions pas non plus qu’il n’existe pas – à ma connaissance – de condamnation explicite du Pseudo-Matthieu, mais qu’en revanche ce texte est reproduit à tire-larigot dans les manuscrits médiévaux[16].

Second extrait : apocryphes et iconographie

À propos des mages de la crèche

Si les évangiles canoniques donnent peu de renseignements à leur sujet, les évangiles apocryphes sont plus bavards. On y apprend, en particulier, que celle du pseudo Matthieu les fait venir visiter JC deux ans après sa naissance (16, 1), un détail soigneusement oublié par l’iconographie chrétienne.

Encore une fois, je m’interroge quant à la cohérence de l’auteur : il mentionne plus haut que c’est le même Pseudo-Matthieu qui serait (indirectement) à l’origine de la présence d’un âne et d’un bœuf dans les crèches, et semble dire que l’iconographie puise dans les apocryphes, qui viendrait compléter un silence gênant pour les « gardiens de la foi ». Voilà maintenant que c’est la représentation des apocryphes qui serait gênante…

Le problème est que l’auteur raisonne comme si les relations entre les productions humaines devaient être univoque et directe : tel texte est repris dans telle iconographie, et que toute modifications entre les formes sémiotiques serait une incohérence dévoilant la supercherie d’une tromperie caractérisée. Il oublie que ces textes – et les iconographies – n’ont pas prétention à faire histoire mais à témoigner d’une foi. Par exemple la mention de l’âne et du bœuf – qui remonte en fait au Protévangile de Jacques est là pour témoigner, de manière parabolique, de la conviction que le Christ vient accomplir les prophéties de l’Ancienne Alliance.

Que l’auteur rejette tout idée de foi, c’est son droit le plus strict. Mais lorsque l’on prétend s’appuyer sur des textes pour faire une démonstration le minima est de tenir compte de leur genre littéraire, et de ne pas tous les prendre pour des chroniques précises et fidèles.

Conclusion

Il apparaît que le rapport des sites athées militants avec les apocryphes est… étrange. Obsédés par la question de la sélection et du rôle de l’Église là dedans, ils peuvent néanmoins utiliser des modes de raisonnement très analogues aux croyants les plus conservateurs dans leur vision des apocryphes. Prétendant s’ancrer dans le réel, ils font l’impasse totale sur les conditions matériels de productions, de recopies, d’utilisation et de diffusion des textes.

  1. On sait cependant que le moteur de recherche en question personnalise les résultats en fonction des précédentes recherches. Cependant, n’ayant pas fait de recherche auparavant sur le mot «athéisme» on peut penser que mes résultats seront peu ou prou les mêmes qu’une personne frappant pour la première fois ce mot clef. []
  2. Il est assez cocasse de voir ce site utiliser ce sous titre : la résurrection en grec ancien c’est l’Ἀνάναστασις, c’est à dire le «relèvement». Chaque conviction religieuse – et l’athéisme, malgré ses prétentions, est une conviction religieuse – est persuadée de pouvoir redresser l’homme. []
  3. Retrouvez le texte tel que je l’ai consulté : Evangiles, canon et textes apocryphes []
  4. L’auteur omet également de signaler que ce sont les mêmes scribes qui ont reproduit les œuvres chrétiennes et celles des auteurs païens… il serait embêtant d’admettre que l’Église n’a pas fait qu’étouffer le savoir antique. []
  5. Reproche qui pourrait s’appliquer à bon nombre d’éditeurs aujourd’hui, bien que le monopole ne se base guère plus sur une limite matérielle mais sur une limite juridique. []
  6. Il ne fait que reprendre la recherche produit par des chercheurs – et quelques chercheuses – … chrétiens (catholiques et protestants pour l’essentiel). On se demande qui l’auteur veut convaincre avec ce genre d’arguments… des gens qui ne lisent un texte que de manière littérale ? []
  7. Éric Junod, « “Apocryphes du Nouveau Testament” : une appellation erronée et une collection superficielle » dans Apocrypha 3 (1992) p. 37-38. []
  8. On remarquera que l’auteur ignore tout des recherches contemporaines sur la fonction du mythe, le confondant avec le mensonge. Mais c’est le cas de bien des athées militants. []
  9. Retrouvez le texte tel que je l’ai consulté : Onfray sur le feu livresque []
  10. Le gras est dans le texte originel. []
  11. On pourra lui préférer le terme « écrits apocryphes juifs ». []
  12. N’aller surtout pas croire que j’insinue perfidement que certains athées ont des modes de raisonnement semblables aux fondamentalistes… []
  13. On pourrait penser que l’auteur fait allusion à cette grande arnaque qui veut que pour faire plaisir à ses proches on doive systématiquement leur offrir des cadeaux dont la seule utilité serait de l’ordre du relationnel, alors qu’il s’agit en réalité de consommer pour satisfaire à la croissance – idole qui en matière de dégât humain n’a sans doute rien à envier à bien des religions. Il n’en est rien. []
  14. Retrouvez le texte tel que je l’ai consulté : L’arnaque de Noël. []
  15. Précisons également que, comme bien souvent, l’auteur enfonce des portes ouvertes qui n’ont jamais empêché les croyants de croire. []
  16. Il est vrai que les scribe sont d’abords des moines et non des évêques. Il qu’il existe des conflits entre les deux branches du clergé. Mais notre auteur ne le mentionne pas – ou alors très allusivement par la référence à François d’Assise – pour expliquer l’incohérence de son argumentation : ce serait ouvrir une brèche dans une vision uniformisante du christianisme. []

5 réflexions au sujet de « Apocryphes et athéisme contemporain »

  1. J’ai jeté un coup d’oeil sur l’arnaque de Noël que vous proposez dans vos notes. On y trouve le côté « endoctrinement depuis l’enfance » que les athées stigmatisent chez les croyants.
    Le raisonnement est « si une doctrine est absorbée du milieu ambiant, ou partagée du milieu culturel, alors le christianisme est faux ». C’est le motif du plagiat, du syncrétisme ou du plagiat. Manifestement, les athées militants ont un peu de mal à penser la méthode historique :
    le topos les empêche de penser le geste politique de Constantin : s’il fixe au 25 décembre non la date de naissance mais la fête de la naissance de Jésus, c’est pour unifier ses pêuples dans une même fête
    le topos, en fait un dogme, leur interdit de comprendre les questions d contexte culturel. Ils leur semble naturel de penser « en cartésien » et ils ne perçoivent pas que nos anciens pensaient « en aristotélicien » comme on dit en breton ou en gascon
    Enfin, ils tiennent Guy Fau pour un historien alternatif !!! C’est leur Eusèbe de Césarée !!!!

  2. Dans les forums, ils focalisent sur les aspects doctrinaux. Les athées ne perçoivent pas du tout l’aspect tardif des apocryphes. D’un autre côté, je n’en ai pas encore rencontré qui connaisse l’histoire des christianismes débutants.
    tous sont persuadés de la doctrine catholique enseignée dans les KT jusqu’en 1960 : d’abord la belle vraie église (catholique romaine) puis les vilaines hérésies qui sabotent la belle unité voulue par Dieu
    Aucun ne se rend compte que le pouvoir sur les christianismes débutants voyage d’Antioche à Alexandrie, puis Byzance puis à Rome seulement après le grand schisme
    En quelque sorte, ils entretiennent un grand nombre de théories du complot du saint-siège avant que celui-ci n’existe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *